Passer au contenu principal

Perspectives des Marchés Financiers - septembre 2017


 

 

​Perspectives des marchés financiers

 




Raphaël Gallardo
Stratégiste – Investissement et Solutions Clients
Natixis Asset Management

 

 

 

 

 
La croissance mondiale est restée sur sa trajectoire proche de 4% au cours de l’été mais plusieurs chocs exogènes, présents ou à venir, augurent une fin d’année moins dynamique.

 

 
 

Environnement économique

 


Aux Etats-Unis, notre scénario de ralentissement du crédit et d’essoufflement des secteurs de l’immobilier, de l’énergie et de l’automobile se confirme. La faiblesse surprise du dollar devrait soutenir les exportations non-agricoles d’ici fin 2017 mais les symptômes de ralentissement de la demande finale dans les secteurs cités ci-avant sont suffisamment puissants pour freiner sensiblement la croissance au second semestre.

Les dégâts causés par la tempête Harvey affecteront également l’économie américaine. La métropole de Houston est la 4e du pays, avec un PIB proche de 500mds$. Les ruptures logistiques dans le secteur de l’énergie font de cette catastrophe un choc stagflationniste (baisse de production, hausse des prix des produits raffinés). La Fed, déjà confondue par la faiblesse chronique de l’inflation, aura là à digérer une nouvelle déviation par rapport à son scénario balisé de normalisation de sa politique monétaire. L’agenda politique de Washington pourrait également s’inviter dans les discussions de la Fed si la Maison Blanche n’obtient pas rapidement un vote du Congrès sur le budget fédéral et le relèvement du plafond de la dette fin septembre. Malgré tout, il semble que l’institution ne déviera pas de son intention d’amorcer la réduction de son bilan en octobre. Fed : la troisième hausse de taux de l’année pourrait être décalée à 2018 si l’essoufflement de l’emploi se confirme dans les prochains mois. La reconstitution des réserves de liquidité du Trésor et la réduction du bilan de la Fed risquent de provoquer une appréciation rapide du dollar.


Il s’agirait d’une bonne nouvelle pour les économies de la zone euro, pour qui la faiblesse du billet vert handicape les exportations. La croissance est restée forte au T2 (0.6%) mais la cherté de la monnaie unique semble peser sur l’industrie des producteurs à coûts intermédiaires comme l’Espagne. A très court terme, l’euro fort contribue à la déprime de l’inflation et donne des arguments à M. Draghi pour prolonger sa politique accommodante. Mais la BCE ne pourra pas retarder éternellement l’ouverture du débat sur sa fin. M. Draghi voudrait attendre au moins jusqu’à octobre, après les élections allemandes, afin de s’assurer une attitude plus conciliante d’A. Merkel réinstallée pour quatre ans. Demande externe plus faible, effet retardé de la force de l’euro, politique moins accommodante, échéances politiques incertaines en Italie : après une année 2017 marquée par une  croissance record, M. Draghi devrait terminer son mandat avec un millésime 2018 en demi-teinte.

 

 
En Chine, la période d’hibernation avant le Congrès du Parti perdurera jusqu’à fin octobre, les décisions politiques sensibles sur les restructurations industrielles et la mise au pas de l’immobilier devraient venir en début d’année prochaine… à moins que Pyongyang ne bouscule l’agenda du politburo… 
 


 

Environnement des marchés

 


La reprise de la glissade du dollar cet été a pris de court les banquiers centraux comme les intervenants de marché. La Fed venait de hausser le ton sur le thème de l’exubérance boursière, la BCE cherchait à repousser le plus loin possible toute discussion sur la réduction de son programme accommodant. Malgré ces messages clairs des banques centrales, le marché des changes semble avoir privilégié une lecture conjoncturelle des perspectives économiques des deux côtés de l’Atlantique, les performances européennes faisant un contrepoint ironique aux déceptions américaines.
La faiblesse du dollar a alimenté le retour des capitaux vers les pays émergents, ainsi que l’engouement pour les métaux industriels. Le paradoxe est que les marchés obligataires européens et américains n’ont pas validé cette lecture cyclique de la parité du dollar. Les différentiels de taux, à court terme comme à long terme, ne valident pas cette envolée de l’euro face au dollar. La montée des tensions géopolitiques dans la péninsule coréenne n’a pas non plus provoqué de repli vers le dollar mais l’or a bien joué son rôle de valeur refuge.
Restent l’argument politique de fuite devant la monnaie américaine à l’approche d’échéances législatives délicates (budget fédéral, plafond de la dette). Dans les deux cas, ces arguments tomberont à partir d’octobre et leur inversion sera renforcée par l’amorce d’une réduction du bilan de la Fed. Le dollar devrait donc retrouver un soutien puissant au 4e trimestre, rebattant à nouveau les cartes pour les investisseurs. Si cela coïncide avec un nouveau tour de vis en Chine sur la spéculation immobilière, la combinaison d’un dollar fort et d’une demande chinoise plus faible sonnera le glas des flux de capitaux vers les marchés de matières premières et autres supports émergents connexes.




En zone euro, une respiration de la monnaie sera bienvenue pour redonner des couleurs aux espérances bénéficiaires des sociétés cotées.

Achevé de rédiger le 15 septembre 2017

Cliquez sur ce lien pour consulter le glossaire financier de Natixis Asset Management


Natixis Asset Management
Société anonyme au capital de 50 434 604,76 €
Agrément AMF n°GP 90 009 - RCS Paris n°329 450 738
21, quai d’Austerlitz - 75634 Paris cedex 13 - Tél. +33 1 78 40 80 00

Ce document est destiné à des clients non professionnels au sens de la Directive MIF. Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans le consentement préalable et écrit de Natixis Global Asset Management S.A pour NGAM Distribution (ci-après « NGAM »).

Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par NGAM à partir de sources qu’elle estime fiables. NGAM se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis. NGAM ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers.

Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de l’auteur référencé, sont à la date indiquée et sont susceptibles de changer. Il n’y aucune garantie que les développements futurs correspondront à ceux prévus dans le présent document.


 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
Partager :  

acces directs
Contacter un conseiller