Passer au contenu principal

Perspectives des marchés financiers


 

​Perspectives des marchés financiers

 

 

Raphaël Gallardo
Stratégiste – Investissement et Solutions Clients
Natixis Asset Management

 

 

 

 

 

La croissance mondiale a continué son accélération au 1er trimestre 2017. Cet élan provient en grande partie de l’accélération de l’activité en Europe et au Japon, tandis que la croissance émergente demeure atone.

 

Environnement économique

 

 
La croissance mondiale a continué son accélération au 1er trimestre 2017. Cet élan provient en grande partie de l’accélération de l’activité en Europe et au Japon, tandis que la croissance émergente demeure atone. Selon notre agrégation des résultats de l’enquête Markit, la croissance mondiale approche 3,8%, sensiblement au-dessus de son potentiel (3,5%).
 

 



 

En Europe, les statistiques surprennent toujours à la hausse, que ce soit en zone euro (Grèce exceptée) ou à la périphérie de l’union monétaire (Suisse, Suède, Royaume-Uni). Cette vigueur européenne a de quoi surprendre au vu des risques politiques qui obscurcissent toujours l’horizon à fin d’année.

 

 
L’élection au Pays-Bas n’a pas débouché sur un raz-de-marais populiste (le PVV de Geert Wilders avait déjà fortement baissé avant le scrutin), mais sur un parlement où une coalition pro-européenne devrait voir le jour. Dans l’immédiat, les investisseurs ont les yeux rivés sur le cycle électoral français, qui nimbe d’un voile angoissé les perspectives jusqu’en juin, étant donné l’incertitude sur la composition du parlement, quel que soit le nouvel hôte de l’Elysée. Le feuilleton catalan devrait reprendre à la rentrée, cela laisse penser que le processus d’indépendance engagé par l’actuel gouvernement de Barcelone ne devrait pas déboucher sur une sécession étant donnée la capacité d’obstruction de Madrid (cour constitutionnelle) et le manque de soutien populaire pour une indépendance économiquement très hasardeuse (et notamment Madrid serait en capacité d’opposer un veto à l’adhésion de la Catalogne indépendante à l’UE). La crise devrait culminer à l’automne et déboucher sur de nouvelles élections régionales qui mèneraient à l’éclatement de la coalition indépendantiste.
 
La croissance européenne pourrait bénéficier d’un regain de vigueur après l’élection française si le danger populiste s’éloigne. Le risque populiste demeurera néanmoins élevé en Italie, où l’issue du scrutin de février 2018 demeure très incertaine. La BCE devrait veiller à maintenir un discours très accommodant au moins jusqu’à l’élection française, puis infléchir dans un sens plus restrictif à l’approche de l’élection allemande (septembre 2017).
 
Aux Etats-Unis, La Fed a relevé ses taux en mars, comme attendu, mais n’a pas signalé d’accélération du rythme de resserrement monétaire. Le débat dans les mois qui suivent portera sur le choix d’instrument pour poursuivre le resserrement : hausse du taux des fonds fédéraux, ou réduction de l’excès de liquidité ? Les conséquences sont très différentes pour la courbe des taux et le système financier. L’assèchement partiel de l’excès de liquidité aurait un impact plus rapide sur la distribution de crédit, dont est largement dépendant le dynamisme de la consommation et de l’investissement énergétique.
 

Environnement des marchés

 


Malgré la bonne tenue des statistiques économiques, le mois de mars a été marqué par un mouvement d’inversion des tendances à l’œuvre depuis l’élection surprise de Donal Trump en novembre dernier. D’une part, le fiasco de la tentative du duo Trump-Ryan pour remplacer l’Obamacare a réduit les espoirs d’une vaste relance keynésienne de l’économie américaine par les baisses d’impôts et les dépenses militaires et d’infrastructures, faute de majorité parlementaire.

D'autre part, le marché a douté de la capacité de l’OPEP à rééquilibrer le marché pétrolier au vu de statistiques de stocks américains toujours orientées à la hausse.

Enfin, la banque centrale chinoise (PBoC) s’est employée à assécher la liquidité alimentant les circuits non-bancaires de la spéculation immobilière. La tâche est ardue tant les ramifications du secteur bancaire de l’ombre sont opaques en Chine, et la PBoC a dû revenir en arrière après avoir provoqué des défauts de paiement de banques rurales sur le marché interbancaire. La force des moyens employés suggère néanmoins que la PBoC est déterminée à casser la dynamique spéculative de la construction, dût-elle au passage provoquer un ralentissement sensible de la croissance.

Ces trois événements (échec de l’abrogation d’Obamacare, doutes sur la stratégie de l’OPEP, durcissement monétaire par la PBoC) ont provoqué l’inversion de la plupart des paris liés au thème de la « reflation » mondiale : chute des cours du pétrole et des métaux (minerai de fer, cuivre), baisse des taux longs américains, resserrement des écarts de swap, affaiblissement du dollar, rebond du peso mexicain, prises de profit sur les petites capitalisations et les obligations à haut rendement américains.

L’or a réussi à tirer son épingle du jeu en raison d’un discours marginalement plus accommodant de la Fed lors de sa conférence de presse trimestrielle, et d’un contexte géopolitique toujours tendu (Corée du Nord notamment). Le marché actions européen a bénéficié au contraire de statistiques macroéconomiques toujours excellentes, et d’un léger repli de la perception du risque politique entourant les élections françaises suite à l’avance prise dans les sondages par le candidat centriste Macron. Aux Etats-Unis, l’aplatissement de la courbe des taux a servi de matelas amortissant la correction des actions, qui restent suspendues à des niveaux de valorisation historiquement élevés.



Achevé de rédiger le 4 avril 2017

 

Cliquez sur ce lien pour consulter le glossaire financier de Natixis Asset Management. 

 

Natixis Asset Management Société anonyme au capital de 50 434 604,76 € Agrément AMF n°GP 90 009 - RCS Paris n°329 450 738 21, quai d’Austerlitz - 75634 Paris cedex 13 - Tél. +33 1 78 40 80 00  Ce document est destiné à des clients non professionnels au sens de la Directive MIF. Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans le consentement préalable et écrit de Natixis Global Asset Management S.A pour NGAM  Distribution (ci-après « NGAM »).  

 

Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par NGAM à partir de sources qu’elle estime fiables. NGAM se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis. NGAM ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers.  

 

Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de l’auteur référencé, sont à la date indiquée et sont susceptibles de changer. Il n’y aucune garantie que les développements futurs correspondront à ceux prévus dans le présent document.

 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
Partager :  

acces directs
Contacter un conseiller